Grâce à la générosité et à l’implication de tous, l’orphelinat « La Voix de l’enfant » a vu le jour à Médenine le samedi 1er décembre 2018.

>> Suivez la page Facebook

Non à l’exclusion de petits innocents

L’association « La Voix de l’enfant » de Médenine a été créée pour héberger des bébés abandonnés âgés d’un jour à deux ans. Pour M. Hédi Ben Kraiem, directeur de l’unité « le souci premier de La voix de l’enfant de Médenine est d’écourter la durée du séjour des petits à l’unité de vie pour qu’ils puissent bénéficier à nouveau et dans les plus brefs délais d’un environnement familial, soit auprès de leurs parents de naissance (mère, père ou les deux), ou auprès d’une famille adoptive ou famille d’accueil ».

Aujourd’hui, 12 petits venant de Médenine et des alentours, vivent sous le toit de l’unité. Ils sont entièrement pris en charge par une équipe composée d’une directrice et de 12 puéricultrices bénévoles, dont deux permanentes de jour et de nuit. Toutes se vouent à leur assurer le bien être physique et matériel et à leur offrir le maximum d’affection, de joie et de gaîté auxquelles ont droit tous les petits enfants de la planète.

Plus qu’une unité, une maisonnée pour bébés

Ce nouvel orphelinat a été pensé et construit pour être un véritable foyer familial pour les bébés abandonnés. Bâti sur un terrain cédé sous forme de donation par GAT ASSURANCES, l’orphelinat est composé de deux niveaux sera dorénavant en mesure de recevoir jusqu’à 12 enfants en permanence.

A l’étage, on retrouve 4 chambres entièrement équipées pour le confort des petits hôtes selon leur tranche d’âge et 2 chambres pour les puéricultrices. Des berceaux, des lits, des rideaux, des armoires, des tables de change… rien n’a été oublié. Et pour que la fraîcheur et la gaité soient toujours de mise, les murs ont été repeints de couleurs ensoleillées et riantes

Au rez de chaussée, avec les cuisines on retrouve une grande salle de jeux et un salon invités pour les parents biologiques ou potentiellement adoptifs. Les jours de beau temps, les enfants ont le droit de profiter de l’aire de jeux située à l’extérieur sur un espace totalement gazonné.

La direction a également prévu un espace d’accueil pour les mamans en détresse. Elles peuvent y loger le temps de se reconstruire une vie et reprendre leur enfant.

Selon M. Ben Kraiem, « l’objectif à long terme serait de garder les enfants qui n’auraient pas trouvé de famille le plus longtemps possible pour leur éviter une seconde rupture avec tout le déchirement moral qui en découle. Nous aimerions leur assurer une scolarité normale et un soutien psychologique pour les aider à surmonter leur manque affectif et à mieux s’insérer dans la vie sociale ».